Colloques thématiques
Colloques thématiques

Performance épuratoire et performance énergétique

Le contrôle à distance augmente la fiabilité, réduit les frais d'entretien et de maintenance

Si des écarts se produisent par rapport au cycle de fonctionnement prédéfini, ils sont directement enregistrés et corrigés. Le technicien de service du système d’exploitation du Groupe Bergmann analyse immédiatement le problème et le corrige, plus de déplacement inutile et onéreux.

La consommation énergétique est proportionnelle à la qualité du traitement recherché (N, P+ , H+ ) 

Les coûts d'exploitation énergétique sont basés sur des valeurs purement théoriques. Étant donné que, dans la pratique, les réglages de base peuvent être corrigés pour améliorer la qualité du traitement. Lorsque les réglages de base sont modifiés, ces calcules théoriques sont majorés ou être en dessous de ces calcules théoriques. 

Les combinaisons qui figurent ci-dessous, illustrent les possibilités minimales efficace qui peuvent être atteinte à des niveaux différents en fonction de l'environnement réglementaire.

Performance énergétique

 

 

EH

Débit /j

[m3]

Besoin énergétique [kWh]

|kWh/J]

kWh/m3 traité

05

0,750

1,293

1,724

50

7,500

10,806

1,440

150

22,500 

20.900

0,920

600

90,000

87,700

0,974

 Le tableau permet de comparer les besoins énergétiques suivant le volume d’eau usée admis

 

 

Système de traitement séquentiel

LES  5 INDICATEURS TYPES POUR PRENDRE LES BONNES DECISIONS

 

1. Indicateur de référence à l'échelle de l'énergie.

2. Indicateur de performance à l'échelle du processus de traitement

3. Indicateur de référence à l'échelle de la conception de l'ouvrage

4. Indicateur de référence à l'échelle de l'investissement

5. Indicateur de durabilité des équipements annexes

Un bon rapport coût-efficacité n'est pas nécessairement synonyme de faiblesse des coûts : certaines stratégies peuvent être bon marché, mais inefficaces.

 

 

Comportement d'un ouvrage en présence d‘une nappe phréatique 

La poussée d'Archimède ne varie pas avec la profondeur d'immersion La pression n'est donc pas un facteur significatif de la poussée d'Archimède.

En conséquence, tout ouvrage d’assainissement des eaux usées, quel qu’il soit, en béton ou en matière synthétique est soumis à la même règle. SUITE